Radon Environmental

Radon Environmental Management Corp.Méthodologie de La Cartographie du Radon


La méthodologie fondamentale qu’a employée Radon Environmental est basée sur l’approche appliquée par le US Geological Survey (le service géologique des États-Unis) à l’élaboration de la carte géologique des zones à risque d’exposition au radon des États-Unis.

Plusieurs ensembles de données communes au Canada et aux États-Unis ont été repérés. La relation de ces ensembles de données avec les trois classes de risque de radon aux États-Unis a été évaluée. On avait accès à des données géologiques, géophysiques et géochimiques concernant les deux pays. Tout le Canada ne faisait pas l’objet de ces trois types d’étude, mais on avait au moins un type de données pour chaque région.

Les unités géologiques forment le cadre de base de la carte des zones à risque d’exposition au radon. C’est surtout de la géologie que dépend la quantité d’uranium, et donc de radon, qui est présente dans une région.

On s’est servi du traitement de données SIG (Système d’information géographique) pour évaluer chaque unité lithologique contenue dans l’ensemble de données géologiques en fonction de sa classe de risque de radon, de sa géochimie (uranium) et de son signal géophysique radiométrique. On a ensuite classé la masse terrestre du Canada selon ces trois paramètres.

La dernière étape était la formulation du message accompagnant la carte qui illustrerait le mieux le danger que représente le radon à l’échelle du pays et qui insisterait sur l’importance d’en faire le dépistage peu importe la zone où l’on se trouve. À cet effet, nous avons défini le risque pour chaque zone de manière relative, sans faire référence aux valeurs moyennes prévisionnelles. Nous avons ensuite défini plus précisément les trois types de zone en y associant un niveau d’alerte. Enfin, nous avons insisté sur l’importance d’effectuer un test de la concentration du radon, quelle que soit la région ou la zone où l’on se trouve.

La carte permet de mieux prévoir et évaluer le risque associé au radon d’un bout à l’autre de la considérable masse terrestre du Canada.

Une fois la carte des zones à risque d’exposition au radon du Canada terminée, la suite logique était de la fusionner à la carte des risques associés au radon du US Geological Survey pour créer la première carte continentale. Le résultat est une combinaison homogène des deux cartes qui vient valider la méthodologie cartographique employée par l’équipe de géoscientifiques de Radon Environmental.